220M sous pied(s)

Que de tracas, de soucis et d’incertitudes pour un timbre de passeport? Ha le visa, il faut être “black” pour comprendre les charmes discrets de ce mot ou les mics macs exigés pour l’avoir. Bon enfin, à qui mieux mieux ou bon gré mal gré. Chacun a son aura. 21hX2 de vrombissements et devant nous, des hommes et des femmes comme dans un arc-en-ciel qui foulent et peuplent ce pays traquille. Et oui Quebec est tranquille, monotone, tout le monde à l’air aimable. Réglementée trop réglementée est la ville de l’érable, seul nom dont les dérives ne comportent pas de la TVQ. Niestsche se serait sucidé s’il y avait été. Mais la discipline de ce peuple, riche de l’histoire de son passé, a su le hausser au rang des grandes nations. Quebec, j’en suis tombé en amour, comme les vents de l’amour d’une langue, m’y ont conduit.

Je me souviens, devise de Quebec, memo d’un peuple fier. Je me souviendrai de ces vacances, de ces sourires, du protocole, des ces accents, de ces concerts, de ces personnalités, de ces hôtels, de cette résidence, de ce sirop, de DOLLARAMA, de ces chutes, de ces hauteurs, plus de 34.000 pieds ou je me trompe à dire des bêtises.

Bon beh voila, après ces hauteurs, il faut prendre un peu de recul, descendre dans les méandres où certaines abîmes pittoresques et exotiques jouxtent, dansent, parlent, chantent, soignent. J’ai pensé à Slanic, la mine de sel unique. Vous descendrez dans un vétuste et criant monte-charge. 220 mètres sous pieds, de quoi donner du tonus aux intestins.

Cliquetis cliquetas vous verez des hauteurs souteraines à donner le vertige. Fruit de la sagacité des ingénieurs, de la folies des riches, de la force des pauvres et des sourires des mafieux.  Vous serez éberlués par la splendeur et les senteurs salines de ce souterrain. Vous verrez un petit train, des stratuts de Traian et Decebal, pères fondateurs de la Roumanie, un lac sale et salé, un espace de jeu pour les enfants où des adultes profitent du terrain pour se refaire les poumons.

Quand vous reviendrez à la terre ferme,  en remontant vers la lumière,  dans cet ascenseur qui vacille entre modernité et rusticité, avec le souvenir de ho combien d’âmes rodent dans ces parages, ces abîmes,  combien de mères ont vu leurs maris se tuer à la taches, combien de mineurs dans le mondes restent coincés, pour ce fichu boulot, n’hésiter pas à voir le p’tit Musée du du sel qui retrace la riche histoire de ce trou qui attire les touristes. Vous pourrez ensuite vous baigner dans le lac très grouillant de monde de la fameuse Muntele de saré.

un peu d’altitude, un peu de descente, il parait que certains sont à la mer noire avec qui je sais. Quand la France arrive à sourire à la Bulgarie, aucun telephone, même s’il y a le reseau n’est décroché. Il crepite, vibre et se calme tout seul.

Bon ramadan.

 

About aly

Moi, apprenti philosophie, apprenti blogueur, amoureux des TIC sans volonté de prise en mains des outils. #UNBCI_ #SiamoisScout #CCitoyennes
This entry was posted in Société. Bookmark the permalink.

One Response to 220M sous pied(s)

  1. sam says:

    Bjr général.

    Il parait que le ramadan et l’été occidental ne font pas bon ménage, j’espère que tu n’as prévu de déménager à 220m sous terre, pour réconcilier ton estomac avec l’obscurité de la nuit.

    Bon jeun 😛

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *