ENS d’Abidjan, les enseignants ne sont pas contents ce lundi…

Normaliens au drapeau (Ph.Google)

Normaliens au drapeau (Ph.Google)

Les élèves de l’Ecole Normale Supérieure d’Abidjan, ont été mis ce lundi devant les faits dont il avait informellement connaissance, ce lundi 9 mars 2015. La rumeur circulait en sourdine depuis un moment, annonçant une possible grève qui compromettrait le calendrier des examens des premiers semestres prévu du 9 au 14 du mois en cours. Ce lundi, jour d’examen, aucune salle n’était ouverte, aucune disposition ne semblait être prise pour un début effectif des évaluations comme la plupart des normaliens s’y attendait plus ou moins. La raison : les enseignants de cet établissement de formation des professionnels de l’enseignement seraient entrés en grève pour réclamer les 11% de prime de correction et les allocations de recherches du dernier semestre.

N’ayant aucune information officielle en dehors des rumeurs, les Normaliens ont quelque temps erré en supputant de nombreux cas possibles de figures vacillant entre optimisme et pessimisme, jusqu’à ce qu’un rassemblement soit demandé, à l’initiative de la Délégature générale. Au cours de ce point d’information, le Directeur General, le Professeur Sidibé Valy, entouré des membres son administration, un peu courroucé par la situation, a invité les normaliens à être sereins et à continuer à mieux se préparer pour les évaluations qui ne peuvent pas ne pas avoir lieu ;  avant de situer le contexte de cette grève qu’il considère comme incivique et indigne des enseignants de son établissement.

Selon ses propos, il ne s’est point « barricadé » refusant une quelconque discussion avec le groupe des enseignants qui confisquent notes et épreuves. Encore que les 11% réclamés ainsi que les primes de recherches revendiquées par certains ne relèvent pas de sa période de direction.  Ainsi, il ne pouvait donc pas s’engager dans une discussion vu qu’il ne dispose ni d’argent ni de raisons valables pour s’engager dans des discussions.

Le professeur Vally, après quelques attalakou de son parcours d’enseignant, « de bon enseignant sorti major de promotion de l’ENS dans les années 70, de bon Directeur de département», de bon syndicaliste, a annoncé à son auditoire que « quand les éléphants se battent, les lièvres doivent s’éloigner » et ferait de son mieux pour que la situation se normalise. Cette métaphore qui caricature un tant soit peu les acteurs en discorde, devra se laisser entendre et comprendre comme un conseil aux élèves afin que ces derniers ne se laissent point manipuler, qu’ils gardent raison et ne s’engagent dans aucun acte de vandalisme, sous le prétexte de la colère ou de la revendication.

D’ailleurs, il a estimé que cette grève est opportuniste. Les « gens pensent que parce que nous sommes en période électorale, ils peuvent tout se permettre…Nous irons jusqu’au bout de notre logique et ce au péril de ma vie… » a-t-il ajouté. Le rôle de l’enseignant est de faire son travail. Aucun comportement ne viendra faire obstacle à la mission qu’il s’est assignée. Refusant « l’humiliation » dont-il dit  avoir horreur, la Professeur Vally Sidibé s’est défini « comme le ruisseau au bord de la voie. Si à l’aller le voyageur ne s’y abreuve pas, à son retour, il marquera nécessairement un arrêt » a-t-il martelé avant d’annoncer aux élèves, qu’il œuvrait pour qu’a l’issue de cette semaine, la question de bourses soit réglée.

Cette annonce a suscité une grande réaction d’ovation chez ces normaliens, qui depuis 5 mois attendent avec une patience de félin en chasse, le versement de leurs bourses déjà morceler dans les nombreuses dépenses administratives. En dehors des frais d’inscription qui seront déduits, la rumeur court que le Services des Examens et Concours retranchera 5000 FCFA par session pour des Inscriptions pédagogiques, sans oublier cette autre, qui annonce que la SGBCI prélèvera à chacun de ses clients normaliens, la somme de 25.000FCFA comme frais d’ouverture de compte.

La situation à l’ENS se normalisera surement bientôt. Le DG, avant de prendre congés de son auditoire a invité chacun à demeurer prêt.

About aly

Moi, apprenti philosophie, apprenti blogueur, amoureux des TIC sans volonté de prise en mains des outils. #UNBCI_ #SiamoisScout #CCitoyennes
This entry was posted in Badra, Civisme, Compte-rendu (CR), Cote d'Ivoire, Education, Emploi, Formation, Opinion, Politique and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *